Un bip pour signaler une mise à jour sur Facebook, un pling annonçant un anniversaire, un tut pour un e-mail entrant... Notre smartphone émet des bruits toute la journée. Se tenir au courant de tout ce qui se passe, n’est pas une mauvaise chose. Mais pour le professeur et docteur Dirk Avonts : « nous devons reprendre le contrôle de la manière dont cette information nous parvient ».

Est-il déjà arrivé que votre médecin réponde au téléphone pendant une consultation ? Peut-être s’agissait-il d'un autre patient qui voulait connaître ses résultats sanguins, prendre rendez-vous, ou même simplement savoir si ses symptômes sont suffisamment graves pour venir à une consultation. Cela demande beaucoup d'efforts de la part des médecins, car ils doivent se concentrer non seulement sur le patient devant eux, mais aussi sur celui au téléphone. « Cela perturbe votre cerveau, car vous ne pouvez effectuer qu'une seule tâche à la fois. Les interruptions vous sortent de votre ‘tâche réflexive’. Et ce, alors qu'un médecin doit constamment observer, analyser, évaluer et prendre de (bonnes) décisions », explique le docteur Dirk Avonts, rédacteur en chef de Huisarts Nu, la revue scientifique de Domus Medica. Il se réfère aux trois types de fonctions cérébrales supérieures mentionnées dans le livre "Comment déchaîner votre cerveau" de Theo Compernolle : un cerveau (des réflexes) automatique, un cerveau de la réflexion et un cerveau d'archivage.

Contrôler le flux d'informations

Contrôler le flux d’informations entrant, cela fonctionne pour les médecins, mais aussi pour n’importe quel citoyen. « Un smartphone fait exactement la même chose que ces appels téléphoniques lors d'une consultation : des interruptions constantes », précise le docteur Avonts. « Il est donc parfaitement logique de vouloir le contrôler. Être concentré le plus possible est bénéfique pour tous. Un bip ou tout autre signal sonore de votre smartphone vous empêche de réfléchir et vous distrait. »

Achetez un réveil

Comment s’y mettre, comment commencer à réguler le flux d’informations ? « Très simplement, en achetant un réveil. Et de préférence un réveil analogique qu'il faut remonter », précise le docteur Avonts. « Pourquoi ? Pour signaler votre pause smartphone. Nous sommes allés tellement loin que nous avons besoin d'outils pour pouvoir mettre notre téléphone portable de côté. Si vous voulez lire un livre pendant 2 heures, rangez votre téléphone portable (au loin), mettez-le en mode silencieux et réglez votre réveil analogique sur 2 heures. « Votre réveil sera donc utilisé pour créer la distance nécessaire avec votre smartphone. »

Cherchez le silence

Saviez-vous que les bibliothèques ouvrent leurs locaux aux étudiants qui souhaitent étudier ou que certaines grandes entreprises accueillent les jeunes en blocus dans leurs salles de réunion. Selon le docteur Avonts, il s'agit d'une approche efficace pour contrôler votre flux de données.  « Cela permet aux jeunes de laisser leur smartphone à la maison et d’aller étudier en groupe à la bibliothèque. Cette communauté de support les aide à délaisser plus facilement leur téléphone portable. Et ce qui est remarquable, c'est que lorsque ces étudiants consultent leur téléphone portable à la maison le soir, ils constatent qu'ils n'ont rien manqué. » C'est le même principe que l’utilisation d’un réveil comme outil, mais au niveau de la société.

Entraînez votre cerveau !

Chaque appel téléphonique interrompt le fonctionnement du cerveau de la réflexion. Et s’y remettre requiert énormément d’énergie. Nous n'arrivons parfois pas à revenir en mode réflexion et nous nous retrouvons coincés dans le cerveau des réflexes automatiques. « Cela signifie que notre cerveau de la réflexion va devenir ‘plus petit’ et celui des réflexes automatiques ‘plus grand’ », 

explique le professeur Avonts. Dans ce cas, que pouvons-nous faire ? « Nous devons essayer de faire travailler autant de parties de notre cerveau que possible, pendant la réflexion », répond le docteur Avonts.

Réflexion sur votre utilisation  du smartphone

Gérer le flux d'informations de votre téléphone mobile et stimuler votre cerveau sont des choses auxquelles vous ne devez pas seulement vous préparer. Si nous avons notre smartphone en mains tous les jours, utilisons-le pour réfléchir à son utilisation. Dr Avonts : « Les fabricants de smartphones pourraient prévoir des outils électroniques pour nous inciter à réfléchir, avec des questions telles que : ‘Qu’êtes-vous en train de faire ?’ ou ‘Comment va votre dos, votre cou ?’. C'est un peu le principe du scan corporel de la pleine conscience : parcourir tout votre corps pour observer ce que chaque partie (res)sent. Vous pouvez par exemple l'indiquer sur une échelle de 1 à 10 et l'enregistrer. Sur la base de ces informations traitées, vous prenez conscience de l'influence de l'utilisation de votre téléphone portable. »

La ceinture de sécurité d’autrefois...

Le docteur Avonts s'attend même à ce que le gouvernement prenne certaines décisions pour contrôler notre utilisation du téléphone portable. « N'oubliez pas que dans le passé, la ceinture de sécurité n'était pas obligatoire dans les voitures. Mais il est devenu clair que cette attitude comportait des risques. »