Dès que le soleil est de retour, de nombreux magazines féminins font la part belle aux idées reçues en matière de bronzage.  Allons-nous y succomber ?

    Famille plage protection solaire

    Le soleil induit incontestablement une sensation de bien-être dans notre vie. L'exposition solaire modérée est bénéfique et indispensable à la synthèse de la vitamine D. 

    Docteur Jouret, dermatologue au chu de Liège, que nous remercions de nous avoir éclairés sur ce sujet : « le bronzage n’est pas un signe de bonne santé. Il est dû à la synthèse de mélanine qui donne la couleur plus foncée. Le bronzage est inhérent à des altérations cellulaires semblables à celles induites par une brûlure solaire. Dès la petite enfance, le corps accumule l'impact nuisible du soleil au niveau de la peau... Les effets à long terme sont le vieillissement cutané précoce, voire la survenue de cancers de la peau. »  

    Les effets des Ultra-Violets (UV)

    Il existe différents types d’UV, qui ont chacun leur effet sur la peau. Lors de traitements effectués dans le cadre médical, les UV servent à traiter plusieurs maladies, notamment le psoriasis et l'eczéma. Pour le reste, il s’agit de s’en protéger.

    • Les UVA représentent 98 % des rayonnements qui arrivent sur la Terre. Ces rayons pénètrent profondément dans la peau et altèrent les cellules de la première couche de la peau (l’épiderme). Ils s’enfoncent dans le derme et occasionnent d’importants effets biologiques au niveau cellulaire. L’élasticité de la peau est impactée. Il s’ensuit un vieillissement cutané et le relâchement de la peau. Ces UV peuvent provoquer brûlures, rides, taches cutanées, peau brune, lésions cutanées précancéreuses et cancer de la peau.
    • Les UVB représentent 2 % des rayonnements qui arrivent sur la Terre. Les UVB pénètrent moins profondément dans la peau et restent au niveau de l'épiderme, couche superficielle de la peau. Ces derniers sont plus inducteurs de cancers cutanés que les UVA, plutôt impliqués dans le vieillissement cutané mais en provoquant un vieillissement cellulaire, ils induisent automatiquement une augmentation du risque de cancer, inhérent au vieillissement.  
    • Les UVC ne traversent heureusement pas la couche d'ozone, et n’impactent pas directement notre santé.    

    Les vêtements protègent-ils des UV ?

    Les vêtements de couleur claire protègent moins des UV que les vêtements sombres, mais par contre, les couleurs claires protègent mieux des infrarouges que les couleurs sombres (d'où la sensation de chaleur plus importante avec des couleurs foncées). En outre, un vêtement mouillé ne protège plus du tout des UV.

    Tous égaux face au soleil ?

    Les peaux sont répertoriées en fonction de 6 phototypes déterminés par la quantité et la couleur de la mélanine présente dans la peau. Celle-ci est un pigment qui joue un rôle essentiel dans la protection solaire. Il existe deux types de mélanine dans la peau : la phaeomélanine et l’eumélanine.  Le Docteur Jouret précise : « Plus on est blanc de peau, plus on a de phaeomélanine et plus le risque de cancers cutanés est présent. Cette mélanine protège beaucoup moins bien que l’eumélanine. Plus on est foncé de peau, plus on a d’eumélanine et mieux on est protégé.Néanmoins, une personne de phototype 5 ou 6 (peau noire) risque également d'attraper des coups de soleil voire de développer des mélanomes ».

      Femmes soleil UV

      Les bancs solaires sur la sellette 

      En 2019, une nouvelle législation réglemente l'utilisation des bancs solaires. En effet, une prescription médicale est demandée lors des séances. Le docteur Jouret explique que l'erreur est de croire que l'on 'prépare sa peau' en faisant du solarium. En effet, sachant qu'un banc solaire émet uniquement des UVA, cette exposition produit une protection aux UVA équivalente à un indice 3. « On ne prépare pas sa peau en faisant du solarium » explique le docteur Jouret. En effet,  la plupart des gens pensent que des séances de banc solaire préalables leur permettent de brûler moins vite au soleil. Cela n'est pas exact. En amorçant le bronzage au solarium, ils obtiennent à peine une protection qui correspond à 3 SPF (indice de protection). Soit un effet négligeable sachant que les dermatologues  recommandent des protections d'indice 50 pour la santé de la peau.

      Mesurer et agir

      Les cas de cancer de la peau (mélanome, carcinome) sont en augmentation, avec plus de 38.000 nouveaux cas par an. Ces chiffres sont dûs à l’exposition au soleil, que ce soit en banc solaire ou durant les vacances. En tant que dermatologue, le docteur Jouret conseille : « ne bronzez pas ! Mais si vous êtes amené à vous exposer, adoptez 
      les comportements adéquats ». 

      Ne vivez pas dans le déni 

      Il faut reconnaître les signes qui sont liés au cancer de la peau. On les classe selon le type ‘A, B, C, D, E’ 
      à savoir 'A' pour asymétrie, 'B' pour bords irréguliers, 'C' pour différences de couleur, 'D' pour grand diamètre et 'E' pour évolution. Le dernier, 'E' est très important car il suppose une évolution de la ‘tache’ douteuse. Ces éléments permettent de remarquer la lésion suspecte et de la traiter rapidement. 
      Par précaution et prévention, n’hésitez pas à faire un check-up annuel chez un dermatologue.  Les autres signes plus connus engendrés par une surexposition solaire sont :

      • La présence de taches brunes sur les bras et les mains sont des altérations cellulaires.
      • Les petites macules sans pigment (hypomélanose) expriment que l’on a épuisé son capital solaire.

      Quelques conseils

      1. Évitez de vous exposer abusivement pendant les heures chaudes. Profitez de tous les éléments de protection comme l’ombre et tout ce qui peut protéger la peau des UV.  
      2. Commencez la journée en mettant une bonne couche de crème solaire indice 50 quel que soit votre type de peau. Répétez toutes les deux heures.Le choix d'un filtre solaire (chimique ou minéral) contenu dans la crème est important. Le filtre chimique absorbe les UV en lieu et place des cellules cutanées qui produisent la mélanine. Il faut toujours attendre une demi-heure avant de s'exposer. Le filtre minéral réfléchit les UV et est efficace dès l'application de la crème. On retrouve surtout ces filtres minéraux dans les crèmes pour les enfants.  
      3. Mettez une crème solaire waterproof. Cette crème protège dans l’eau, des rayons solaires qui pénètrent jusqu’à 40 cm de profondeur. Cependant, une fois sorti de l’eau, celle-ci n’est plus active. Il faut dès lors remettre de la crème. La réverbération sur l’eau accentue l’exposition aux UV. 
      4. Portez des lunettes solaires indice 3 minimum. Les rayons altèrent le cristallin.
      5. Portez un chapeau.
      6. Le docteur Jouret propose la prise d’un complément alimentaire préparateur de la peau au soleil, riche en caroténoïdes et antioxydants. Celui-ci apporte une combinaison essentielle de caroténoïdes naturels, de vitamines et de minéraux. Le zinc, le sélénium et les vitamines C et E contribuent à protéger les cellules contre le stress oxydatif déclenché par une exposition solaire. Cette oxydation excessive participe au vieillissement cutané. Ce complément est censé préparer la peau au soleil, mais rien n’a été prouvé médicalement.