Vous est-il arrivé, à vous ou à votre enfant, d’être bloqué dans votre activité ? Vous ne savez plus par quel bout prendre les choses, vous vous heurtez aux mêmes difficultés : pas d’idées pour écrire un papier, pas de solution pour remettre cette table sur pied, manque d’inspiration pour rédiger une rédaction ou résoudre un problème mathématique.

S’acharner, c’est s’épuiser

Bien souvent, dans ces cas-là, on s’acharne, on peste ou bien on bouscule un peu notre enfant pour qu’il se débarrasse de ça le plus vite possible. Dans nos vies bien trépidentes, c’est le tout, tout de suite, vite fait et bien fait. Et plus on s’acharne, plus ça coince et plus ça coince... Il s’ensuit de la frustration, de la colère, des pleurs ou des cris. Bref, rien qui ne fasse avancer le schmilblick.

Et si, finalement, la solution était de ne rien faire ?

Ce n’est pas vraiment ce que l’on nous a appris. Ne rien faire est assimilé à de la paresse, et pourtant se couper du monde un instant, littéralement ne rien faire ou passer à autre chose, c’est étonnant mais ça marche ! Lorsque notre cerveau « s’est reposé », tout à coup, « l’idée » émerge, comme venue de nulle part. 

Ne rien faire, c’est bon pour la créativité, pour l’efficacité, et pour la santé ! 

Tout arrêter pour rester allongé à regarder le plafond, aller marcher, respirer profondément, méditer, se défouler, faire du sport ou cuisiner…

A chacun de trouver « son moment de paresse » sans culpabiliser !