C’est un phénomène bien connu : un fou rire, un effort pour porter une charge, une envie terriblement pressante et… c’est la fuite. Si les fuites urinaires sont bien liées à l’âge, elles ne sont pas pour autant inéluctables. Comment apparaissent-elles ? Comment les prévenir ? Comment les traiter ? Réponses avec le Professeur Thierry Roumeguère, chef du service d’urologie de l’Hôpital Erasme (Bruxelles).

L’incontinence urinaire correspond à la perte involontaire d’urine et survient aussi bien chez les femmes que chez les hommes. « Les femmes sont atteintes d’incontinence plus tôt dans la vie que les hommes », précise le Prof. Roumeguère, Chef du service d’urologie de l’Hôpital Erasme. « Mais avec l’âge, les hommes rejoignent les femmes
en nombre. »

Deux types principaux d’incontinence

  • L’incontinence par hyperactivité de la vessie 

Elle touche environ 11 à 15 % des femmes et des hommes. L’incontinence par hyperactivité de la vessie se manifeste par des envies fréquentes d’uriner, des réveils nocturnes pour aller uriner, accompagnés ou non de fuites d’urine. Elle est notamment favorisée par certains facteurs comme le café, le soda, le tabagisme,… qui irritent la vessie.

  • L’incontinence urinaire d’effort

Elle se manifeste par des fuites d’urine lors de certains efforts qui augmentent la pression sur la vessie et le canal de l’urètre. Cela peut se produire en riant, toussant, simplement en marchant, voire même parfois en permanence. L’incontinence urinaire d’effort augmente avec l’âge chez la femme. « La ménopause entraîne, en effet, une diminution du niveau d’oestrogènes qui affaiblit les muscles du plancher pelvien et le périnée », ajoute le Dr Roumeguère. « Elle est également favorisée par la bronchite chronique et donc le tabagisme ainsi que par la grossesse et l’accouchement ».

Quelles solutions ?

Il existe différentes sortes de traitements, des pluslégers aux plus invasifs, en fonction de la sévérité et de l’inconfort provoqué par l’incontinence. Pour traiter l’incontinence par hyperactivité de la vessie, de simples mesures d’hygiène
et de diététique peuvent parfois faire l’affaire. « Le but est avant tout d’augmenter le délai entre deux mictions, sans empêcher que la vessie ne se vide correctement », ajoute le Dr Roumeguère. Ensuite, des séances de kinésithérapie avec des kinés spécialisés en uro-gynécologie peuvent également s’avérer utiles. « Et si cela n’est pas suffisant, des médicaments qui s’opposent aux contractions de la vessie peuvent être prescrits. Enfin, en dernière instance, on peut avoir recours à la neuromodulation ou à l’injection de toxine botulique ».

Le traitement de l’incontinence urinaire d’effort s’effectue généralement au moyen de séances de kiné qui vont permettre de prendre conscience de ses muscles du périnée et de les renforcer. Au moment de la ménopause, des suppléments hormonaux peuvent également être administrés. « Chez les femmes, il est également possible de réaliser une intervention en ambulatoire qui consiste à mettre en place une petite bandelette sous l’urètre afin d’en améliorer le support », explique l’urologue. Dans la grande majorité des cas, l’incontinence peut être maîtrisée de manière très satisfaisante. N’imaginez donc pas qu’il s’agit d’une évolution inexorable parce que votre mère ou grand-mère en a souffert. Un seul conseil : ne tardez pas à consulter ! Aujourd’hui, l’incontinence n’est plus un tabou ni une fatalité !

5 conseils pour prendre soin de son périnée

Benoît Schoefs, kinésithérapeute spécialisé en uro-gynécologie

  • Dès que vous maîtrisez la contraction du périnée, prenez des points de repère dans la journée, par exemple, lorsque vous vous brossez les dents, à l’arrêt à un feu rouge, etc. et contractez le périnée 3 fois pendant 5 secondes.
  • Plus vous vous entraînerez, plus vous serez capable de contracter efficacement le périnée pendant l’effort : en soulevant les sacs de courses, en prenant un enfant dans les bras,…
  • Entretenez ce muscle tout au long de votre vie, afin qu’il reste tonique et endurant.
  • Surtout oubliez le pipi stop ! Pas de contraction du périnée quand vous urinez.
  • Si vous avez tendance à avoir des pertes urinaires, mieux vaut éviter la course à pied et pratiquer des activités physiques plus douces, comme le yoga ou le pilates.