Un enfant qui mouille ses draps pendant la nuit… tous les parents ont connu ça ! Mais que faire, lorsque les pipis au lit persistent jusqu’à un certain âge ? Est-ce normal ou faudrait-il agir ? Quelles sont les solutions ? Réponses avec le Dr Maquet, néphropédiatre au CHC de Liège.

L’énurésie nocturne se caractérise par une vidange de la vessie pendant la nuit chez l’enfant de plus de 5 ans alors qu’il est propre en journée. "Souvent, la propreté en journée s’acquiert vers 2 à 4 ans, suivie plusieurs mois plus tard par l’acquisition de la propreté la nuit", précise le Dr Maquet, néphropédiatre au CHC de Liège. Mais chez certains enfants, cet apprentissage est plus lent. "Les causes sont multiples : trouble de la capacité à l’éveil, anomalie du fonctionnement de la vessie, production excessive d’urine durant le sommeil. On sait aussi qu’il y a une part de génétique. Quand, dans la famille, un parent, oncle, tante, etc. a eu des problèmes d’énurésie nocturne, l’enfant a plus de risques d’être lui aussi concerné", ajoute le Dr Maquet. "Généralement, l’énurésie nocturne disparaît d’elle-même avec le temps, mais cela peut durer jusqu’à l’adolescence."

petite fille au lit

Quelques conseils

  • Boire beaucoup pendant la journée : principalement pendant l’école, ensuite pas plus d’un verre pendant le goûter et un verre pendant le souper. 
  • Éviter les boissons pétillantes et sucrées le soir. Cela donne plus de travail au rein. 
  • Faire 6 à 7 pipis par jour. Cela correspond à : un pipi au lever, à la récrée de 10 h, à midi, à la récrée de l’après-midi, après l’école, au souper et avant le dodo. Certains se retiennent toute la journée quand ils sont à l’école. L’urine s’accumule alors dans la vessie qui n’est plus capable de se vider correctement. Et c’est pendant la nuit, lorsque la vessie est bien relâchée, sans le stress de la journée, qu’elle va se vider. 
  • Éviter la constipation. Lorsqu’on est constipé, d’un point de vue anatomique, la vessie ne parvient pas à se vider correctement.  Résultat : l’urine s’accumule durant la journée et la vessie se vide pendant la nuit. 
  • Adopter la position adéquate sur la toilette, surtout pour les petites filles. Assis sur la toilette, les pieds doivent toucher le sol de manière à former un angle droit entre le tronc et les cuisses et un angle droit entre les cuisses et les jambes. C’est la position idéale pour bien vider la vessie. Sans oublier de bien abaisser la culotte jusqu’au cheville.
  • Prendre le temps de faire pipi. 
     

Surtout à ne pas faire !

Certaines habitudes bien ancrées font parfois plus de tort que de bien : 

  • Réveiller l’enfant la nuit. "Le parent réveille l’enfant au moment où lui-même va se coucher. C’est rassurant, car l’enfant fait bel et bien pipi aux toilettes. Mais généralement, il ne se souvient pas avoir été réveillé. En réalité, il n’y a aucun apprentissage. Cela peut durer des années et en plus, le rythme de sommeil de l’enfant est interrompu". 
  • Porter des langes. "Inconsciemment, le cerveau sait qu’il y a un lange et c’est plus facile de faire pipi dans le lange que de se réveiller et se lever." 
  • Gronder votre enfant ou lui promettre des cadeaux s’il ne mouille plus ses draps. 
     

Quelles solutions ? 

Si malgré les différents conseils, vous n’obtenez pas de résultats, n’hésitez pas prendre rendez-vous chez le médecin traitant ou le pédiatre. Selon le problème, il existe différentes solutions : 

  • Un traitement médicamenteux pour les vessies hyperactives qui va "calmer" la vessie. 
  • Le système d’alarme avec réveil : consiste à placer une électrode dans le slip de l’enfant. Dès la moindre goutte d’urine, l’émetteur envoie un signal au réveil qui déclenche une alarme sonore. 
  • Pour les enfants qui ne parviennent pas à vider correctement leur vessie, des séances de kiné peuvent être indiquées. 
  • Le traitement médicamenteux à base de desmopressine : une molécule qui remplace l’action de l’hormone antidiurétique. "Ce traitement n’est pas indiqué avant 7 ans et est soumis à l’accord du médecin-conseil de la mutualité", précise la néphropédiatre. 
  • Des consultations chez le psychologue si l’énurésie est mal vécue ou si l’on pense à un problème psychologique.

Quelle que soit la méthode choisie, la motivation de l’enfant est un facteur déterminant et il est important de garder une attitude positive envers lui. 
 

Garçon au lit
petite fille au lit

Nouveau remboursement Omnimut

Omnimut octroie 25 €/an pour la prise en charge d’un problème d’énurésie pour  les enfants entre 3 et 12 ans bénéficiaires d’un DMG.  

Deux types de traitements sont visés : soit l’achat d’un réveil spécifique dans un de nos centres Omnimut Shop, soit l’achat de médicaments prescrits par le médecin spécialiste. 

En savoir plus